Contre les réformes du lycée, on continue !

Mise à jour du mercredi 3 juillet

90 collègues étaient réunis ce matin devant le lycée Galilée de Franqueville-Saint-Pierre pour contester la réforme du baccalauréat et du lycée. Parmi eux, 28 grévistes ont retenu les notes et les copies (17 collègues en philosophie, 9 en mathématiques, 1 en histoire géographie et 1 en anglais). Les pressions et les menaces de l’administration en disent long sur la fébrilité du ministre qui ne pourra plus faire croire longtemps que tout va bien. Il est de sa responsabilité que de recevoir en urgence les représentants des personnels et d’accepter enfin de rouvrir les discussions.

Les professeurs correcteurs et non correcteurs sont appelés à se rassembler demain, jeudi 4 juillet, à 10h devant le Rectorat. Afin de soutenir les correcteurs grévistes, le SNES-FSU invite les collègues à signer la pétition en ligne et à alimenter la caisse de grève mise en place par les collègues présents à l’AG (pour ceux qui le souhaitent, le SNES-FSU peut recueillir les dons par chèques ou espèces et retransmettre).

Les correcteurs grévistes ont décidé à une très large majorité de reconduire la grève demain 4 juillet et de ne pas siéger dans leur jury de baccalauréat.

A l’occasion de la grève du lundi 1er juillet, premier jour du brevet, le SNES-FSU appelle les collègues à deux rassemblements académiques :
- 10h30 au rectorat de Rouen ;
- 10h à Franklin au Havre
.

Par ailleurs, pour faire suite au mouvement de rétention des notes du baccalauréat initié dans notre académie par les collègues de plusieurs disciplines, les assemblées générales des correcteurs du Havre et de Rouen du jeudi 27 juin 2019 proposent à tous les collègues :
- De se retrouver, correcteurs ou non, devant le lycée Galilée de Franqueville Saint-Pierre à 9h30 mercredi 3 juillet 2019, jour prévu de remise des copies ;
- De ne pas saisir les notes en amont ;
- De ne pas rendre les copies ce jour-là ;
- De ne pas participer aux jurys.

Les collègues de Philosophie qui ont engagé cette mobilisation doivent également se retrouver le lundi 1er juillet lors d’une AG à 12h30 au lycée Galilée de Franqueville-Saint-Pierre.

Être massivement dans l’action et se retrouver ensemble permettra de résister aux pressions individuelles qui pourraient être exercées par les corps d’inspection ou les chefs de centre. Le SNES-FSU soutient l’ensemble de ces actions et a d’ores et déjà déposé un préavis de grève qui court jusqu’aux vacances.

Rappel : 1/30e du salaire peut être retenu par journée de rétention des notes et des copies à partir de la date officielle de limite de saisie sur le serveur.

Une caisse de grève a été mise en place pour soutenir financièrement les collègues correcteurs qui effectueront la rétention des notes de bac dès le 3 juillet. Vous pouvez apporter votre contribution en cliquant ici.

Grève du Baccalauréat : pétition en soutien des professeurs grévistes

Les professeurs grévistes de l’Académie de Rouen et les collègues qui les soutiennent réunis en Assemblée Générale ce 3 juillet 2019 constatent que la vive opposition exprimée par la grande majorité de la profession face aux différentes réformes de l’Éducation nationale a été systématiquement méprisée par le ministère. Ils dénoncent le refus total de négociation auquel ils se heurtent et la tentative illégitime de museler toute voix dissidente. Ils continuent d’affirmer que ces réformes, faites dans la précipitation, nuisent à l’ensemble du système éducatif français et constituent une attaque contre l’École Publique sans précédent dans notre pays.

C’est pour ces raisons qu’ils se voient contraints de se déclarer en grève ce 3 juillet 2019, jour de verrouillage des notes des copies de baccalauréat dans l’académie de Rouen. Cette modalité d’action n’est ni un caprice, ni une lubie ; elle ne procède bien entendu d’aucune intention de nuire aux élèves ou de « saboter » l’examen comme le laisse entendre malhonnêtement le ministre lui-même : les copies sont corrigées, évaluées, harmonisées ; elle n’est adoptée qu’à regret, comme un ultime appel à la raison, par une profession lassée, excédée par l’absence de dialogue avec sa hiérarchie, terriblement inquiète des conditions de travail exécrables que ces contre-réformes vont créer dans les établissements scolaires, et néanmoins plus soucieuse que jamais d’assurer aux générations futures un service public et enseignement de qualité accessibles à tous.

En conséquence, l’ensemble de ces professeurs de l’Académie de Rouen maintiennent les revendications suivantes :

- abrogation des réformes du lycée et du baccalauréat ;

- retrait de la loi Blanquer

- retrait de la réforme de la Fonction publique.

Dans l’immédiat, ils exigent de la part du ministère l’ouverture de négociations réelles avec leurs représentants syndicaux.

Enfin, ils engagent chacun à participer aux assemblées générales locales pour décider des suites de la mobilisation / appellent à reconduire la grève le 4 juillet 2019 / appellent les collègues à organiser des assemblées générales et à mettre en question la grève le jour de la rentrée 2019.