Déroulement des E3C : le chaos !

Depuis de nombreux mois, le SNES-FSU ainsi que certaines fédérations de parents d’élèves alertent le rectorat et le ministère sur l’impréparation et la mise en place précipitée des Epreuves Communes de Contrôle Continu (E3C) et demandent leur annulation.

Restant sourd à ces alertes, le ministre Blanquer affirmait le 19 Janvier sur France Inter que tout est prêt pour que les E3C se déroulent dans de bonnes conditions. Depuis le 20 Janvier, date du début de ces épreuves dans notre académie, la réalité de terrain dément chaque jour un peu plus les propos lénifiants du ministre de l’Education Nationale.

En effet, les personnels de nombreux lycées, parfois avec le soutien des parents et des élèves, ont manifesté leur opposition à ces épreuves sous des formes variées : manifestation devant les établissements, distribution de tracts, grèves des surveillances… Dans certains lycées, cela a contraint l’administration à reporter ces épreuves.

Dans les établissements où elles se sont malgré tout déroulées (grâce au recours à des personnels extérieurs), cela s’est souvent fait dans des situations chaotiques et de nombreux dysfonctionnements ont été constatés : absence de vérification de l’identité des candidats, élèves laissés sans surveillance, communication entre candidats ou utilisation de téléphones portables au cours des épreuves, calculatrices non utilisées en mode examen ou échangées entre candidats, interrogation des candidats sur des parties de programmes non traitées en classe, problèmes techniques lors des épreuves (son sans image)…

Le ministre Blanquer porte la responsabilité de cette situation chaotique. Devant l’absence manifeste d’égalité entre les candidats, le SNES-FSU demande l’annulation et la non prise en compte de ces épreuves pour l’obtention du baccalauréat.

Le SNES-FSU dénonce les mesures d’intimidations exercées envers les élèves qui se sont mobilisés contre ces épreuves : menace de l’attribution de la note zéro, menace de conseil de discipline… Il dénonce également le climat anxiogène instauré par le rectorat aux abords de certains établissements par la présence des forces de l’ordre lors de l’arrivée des élèves.

Il appelle également les enseignants à nous communiquer toutes les actions mises en place localement ainsi que les dysfonctionnements éventuellement constatées (voir un premier recensement à la fin de cet article).

Il organisera une conférence de presse mardi 4 février à 11h sur les conditions de passation des E3C.

Déroulement des E3C : la presse en parle déjà !

A Montivilliers, ici et à Lillebonne ici et ici. Mais aussi au lycée André Maurois d’Elbeuf.