24 février 2010

CATÉGORIES

Dispositions scandaleuses pour les néo-recrutés à la rentrée !

Par un courrier aux Recteurs/IA en date du 25 février, le Ministre envisage pour la rentrée prochaine l’incroyable dispositif suivant :

- dès la rentrée, le professeur-stagiaire serait affecté sur un service complet sans aucune formation préalable !
- pendant les 6 à 8 premières semaines, des professeurs-tuteurs volontaires seraient déchargés d’une partie de leurs cours (jusqu’à 6 heures) pour assurer en doublette des cours avec leurs stagiaires. Le tuteur serait alors remplacé par un TZR ou un contractuel !
- au cours de l’année, les professeurs stagiaires auraient 6 à 8 semaines de formation (groupées ou non). Le Ministre ne précise pas qui remplacerait alors les stagiaires !

Cette nouvelle organisation est inadmissible !

Les lauréats de concours et les élèves seront les premières victimes de ces choix :

- Les nouveaux enseignants devront faire face à une charge de travail très lourde en l’absence totale de formation professionnelle préalable ;
- Les élèves seront également lourdement pénalisés, car ils auront devant eux un enseignant non formé en début d’année, un étudiant en master ensuite et parfois un enseignant remplaçant pendant certaines périodes. Inutile de préciser que la continuité pédagogique sera inexistante dans ces conditions et que les conditions d’études seront catastrophiques. On peut estimer que plus d’un million d’élèves pourraient être touchés par cette mascarade…
- Le tuteur sera absent devant ces classes dans les premières semaines de l’année qui sont primordiales dans la mise en place de la relation pédagogique entre le professeur et sa classe.
- Ces modalités nient aussi les difficultés actuelles à trouver de réels moyens de remplacement ; ceci sera aggravé par le regroupement, pour les stages en cours d’année, de l’ensemble des stagiaires d’une même discipline et d’un même secteur géographique.

Il est impensable que de telles conditions de « stage » puissent être mises en place.

Le SNES appelle les personnels à y faire échec :

-  en refusant dès maintenant les sollicitations pour être tuteur,
-  en informant les parents d’élèves sur les futures conditions d’études de leurs enfants ;
-  en participant massivement aux prochaines mobilisations, dont la grève le 12 mars.

Tract d’appel au refus de la mise en place de la réforme sur la formation