Le SNES-FSU Rouen a été reçu par le chef de la Division des Examens et Concours, jeudi 19 décembre, pendant près de 2 heures, à propos de la mise en place technique des E3C.

Le SNES-FSU a rappelé sa demande de suppression de la session de janvier des E3C, au profit d’épreuves nationales en fin d’année.

Le SNES-FSU sera reçu en audience rectorale le mardi 7 janvier à propos des E3C.

Continuez à nous faire part de vos remarques sur le sujet.

Quelques points évoqués :

  • Banque Nationale des Sujets : l’administration considère que tous les collègues concernés par les E3C doivent pouvoir y accéder (et pas seulement les professeurs de 1re) puisqu’à terme, cette banque sera publique. L’habilitation est à demander auprès du chef d’établissement. La confidentialité des sujets n’est pas prévue : l’administration compte sur le grand nombre de sujets à terme pour empêcher toute triche...
  • Temps imparti  : L’administration refuse pour l’instant, pour obéir aux ordres ministériels, de parler de temps banalisés pour le choix des sujets et la correction. Le SNES-FSU a demandé a minima, sur le temps de travail ½ journée pour le choix des sujets et 2 jours pour la correction. L’administration ne donne pas de réponse à ce jour. C’est localement que la lutte doit s’organiser, en demandant explicitement aux chefs d’établissements des 1/2 journées libérées pour accomplir les tâches liées à l’examen. Certains lycées ont déjà obtenu des avancées.
  • Référents E3C : (particularité académique) 1 ou 2 par établissement, souvent le proviseur adjoint associé à un administratif, seront chargés des convocations, de la numérisation, des relations avec le rectorat. Ils seront rémunérés (à hauteur de 20h de secrétariat d’examen, environ 600 euros).
  • Passation des épreuves : Cela reste encore flou. Le SNES-FSU demande le respect des passations d’E3C « en condition d’examen », avec respect du temps, la prise en compte des situations de tiers-temps... L’administration est attentive au risque de fraude. Mais pour l’instant, pas de cadrage académique. La rectrice reste silencieuse...
  • Correction : les sujets devraient être fournis avec un barème succinct mais pas de corrigé. Il n’est pas prévu de commission d’entent. L’administration a prévu un IPR référent par discipline, avec lequel il serait possible de dialoguer « en permanence ». Le SNES-FSU a demandé qu’un temps de concertation entre corrrecteurs soit libéré.
    Le choix de la dématérialisation des copies est confirmée par l’administration, pour permettre à la Commission d’harmonisation d’y avoir accès. La correction ne se ferait pas en ligne, le correcteur téléchargera ses copies, les corrigera, et les renverra... Le SNES-FSU a demandé que cela puisse se faire sur site. Aucune réponse n’a été apporté à sa demande de fourniture de matériel informatique par l’administration aux correcteurs...
    Les copies devront être annotées car il s’agit d’une évaluation formative et donc avec remédiation possible. Le SNES-FSU a fait remarquer que c’était complètement impossible et inenvisageable : du formatif se faisant comme du sommatif à valeur certificative : un grand écart irréalisable !
    Des lots de 30 à 35 copies seront formés par les référents E3C, les correcteurs ne seront pas forcément enseignants de 1re pour respecter le fait qu’un professeur ne corrige pas ses élèves de l’année ou de l’établissement si LV à petite diffusion par exemple …
    La rémunération, que nous avons décrite comme très inégalitaire et très insuffisante, se ferait par lot de copie à hauteur de 50 euros. Le SNES-FSU demande que le tarif de 5 euros par copie de Bac soit appliqué à ces épreuves.
  • Calendrier : les épreuves devront avoir lieu du 20 janvier au 15 février ; la remontée des notes devra être réalisée pour le 5 mars, la Commission d’harmonisation se réunira les 10 et 11 mars ; les copies seront consultables par les élèves à partir du 13 mars.
  • Commission d’harmonisation  : elle pourra modifier les notes et sera constituée d’IPR, de professeurs désignés par les IPR. La commission d’harmonisation est présidée par la Rectrice.