EAF : double convocation aux écrits ET aux oraux !

Les professeurs de Lettres Modernes ont été particulièrement sidérés en découvrant ce matin leur convocation pour les épreuves anticipées de Français (EAF).
En effet, ils et elles sont très nombreux à avoir reçu des convocations pour les écrits ET les oraux, alors que le chef de la DEC (Division des Examens et Concours) du Rectorat nous avait assuré, que, comme dans les autres académies, des collègues différents seraient convoqués pour les deux épreuves. Les mêmes « promesses » ont été faites lors des réunions de coordination de BTS. S’ajoutent d’ailleurs pour certains des corrections de BTS et des surveillances de Bac.

Ainsi, alors que cette année, tous les oraux se dérouleront après les écrits, les collègues de lettres devront corriger les copies en même temps qu’ils feront passer les élèves à l’oral ! C’est inacceptable et contraire aux engagements pris de nombreux collègues dans plusieurs lycées (Camille St-Saëns à Rouen, Thomas Corneille à Barentin, André Maurois à Elbeuf, Pablo Neruda à Dieppe, Louise Michel à Gisors, Les Bruyères et Marcel Sembat à Sotteville-lès-Rouen, Guillaume le Conquérant à Lillebonne, Jacques Prévert à Pont-Audemer, Galilée à Franqueville-St-Pierre, Schuman au Havre, Jean Prevost à Montivilliers) sont convoqués aux deux épreuves (voir ci-dessous) : ils ont bien plus de 6 ou 7 copies par jour ouvrable à corriger....
Le Rectorat est même allé jusqu’à convoquer des stagiaires qui n’ont pas vocation à participer aux corrections des examens, leur année étant déjà particulièrement chargée.

Comment imaginer que des collègues puissent dans un délai si court assumer correctement une telle charge de travail ?

Enfin, les propos tenus par les collègues de la DEC aux collègues ayant appelé ce matin sont inadmissibles : dire, par exemple, à des collègues que les dimanches sont des jours ouvrables quand on corrige un examen et qu’ils peuvent le faire sur ce temps est indigne ; dire enfin que les engagements pris par le chef de la DEC étaient une fausse information diffusée par les syndicats est honteux.

Ce jeudi 31 mai, le SNES-FSU a saisi dès le midi la DEC en appelant son chef et en interpellant l’après-midi le directeur de cabinet. Il a également envoyé un courrier au Rectorat (voir ci-dessous) et tiendra informés tous les collègues ayant contacté le SNES-FSU des réponses obtenues.

Continuez donc à nous informer par mail à rouen@snes.edu ou par téléphone au 02.35.98.26.03., si vous êtes concerné par une double convocation !

Lettre au Recteur
Recensement des convocations multiples