3 juin 2019

A la une

Grève des examens : une mobilisation réussie, à poursuivre !

Grève des examens : une mobilisation réussie, à poursuivre !

Mise à jour lundi 17 juin à 18h - on continue jeudi 20 juin !

En dépit de ses provocations matinales à l’antenne de France Inter ce matin, le ministre de l’Education Nationale, qui fait mine de ne pas comprendre les raisons de la grève de ce jour et d’ignorer les inquiétudes des enseignants, ne va pas pouvoir continuer à faire comme si la profession soutenait majoritairement sa politique. Au contraire, par la forte mobilisation de ce matin (taux de grévistes dépassant les 50% dans plusieurs lycées, rassemblements fournis et bonne couverture médiatique) pourtant inédite un jour de baccalauréat, et malgré le crève-coeur que représente l’appel à la grève le premier jour du bac après avoir passé l’année scolaire à préparer les élèves à l’examen, nous avons rendu compliquée l’organisation de l’épreuve dans bon nombre d’établissements. Le Secrétaire Général du rectorat a reconnu que l’épreuve ne s’était pas déroulée dans les conditions que l’administration espérait. Toute la responsabilité en incombe au ministre qui refuse toujours de recevoir les représentants des personnels.

Pour autant, il faut continuer à peser pour contraindre le gouvernement à faire marche arrière sur ces réformes délétères. Un préavis de grève est donc posé pour tous les jours de la semaine. Ainsi, la section académique soutient la reconduction dans les lycées où l’AG des personnels mobilisés déciderait de la poursuite du mouvement dès demain. Dans l’attente des décisions de l’Intersyndicale nationale qui se réunit en ce moment, le SNES-FSU de Rouen appelle d’ores et déjà à une nouvelle journée d’action le jeudi 20 juin avec un rassemblement à 12h30 devant le rectorat pour continuer à faire entendre nos revendications. Un message national devrait vous parvenir dès ce soir ou tôt demain.

Les militants restent à vos côtés pour toute question réglementaire sur la grève des examens et/ou tout problème rencontré.

Mise à jour au lundi 17 juin à 12h30

- 100 collègues réunis entre 8h et 8h30 devant le lycée Camille Saint-Saëns de Rouen pour une ouverture symbolique de sujets de philosophie.
- 120 collègues en rassemblement académique à 10h devant le Rectorat de Rouen pendant qu’une intersyndicale était reçue en audience. Le Rectorat refuse de nous donner les chiffres de grévistes.
- 100 collègues présents devant le lycée Claude Monet du Havre qui ont défilé jusqu’à Franklin.

Quelques taux de grévistes :
- 48% au lycée Guillaume Le Conquérant de Lillebonne.
- Au lycée Ango de Dieppe, la moitié des surveillants manquent à l’appel. A peine un surveillant par salle.
- 20% de grévistes au lycée Ader de Bernay.
- Au lycée St Saens de Rouen, la moitié des collègues convoqués pour surveiller manquent à l’appel !
- 20 à 25% de grévistes au lycée Blaise Pascal de Rouen. Les collègues se sont réunis en AG le midi pour évoquer une grève des corrections.
- Lycée Siegfried, Le Havre : 70% des grévistes au LP, 50% au LT.
- Lycée Porte Océane, Le Havre : une dizaine de grévistes.
- Lycée François Ier, Le Havre : au moins sept grévistes.
- Lycée Claude Monet, Le Havre : 30% de grévistes.
- Lycée Prévost, Montivilliers : 35 à 40% de grévistes.
- Lycée Prévert de Pont-Audemer : 19 grévistes sur 110.

D’autre part, les collègues de philosophie appellent à se rassembler demain avant la récupération des copies pour discuter de l’opportunité de corriger ou non les copies afin de faire obstacle aux réformes Blanquer.

Les raisons de la colère

Le SNES-FSU est à l’initiative de l’appel national et intersyndical à la grève du 17 Juin, premier jour des épreuves écrites du baccalauréat (philosophie et français) toujours largement médiatisées. S’il persiste dans son refus d’ouvrir des discussions rapides sur les réformes qui mettent en péril nos métiers et l’Education Nationale, le ministre portera une lourde responsabilité.

La section académique du SNES-FSU appelle les collègues à se mobiliser massivement contre les réformes du lycée, du bac, de la Fonction Publique, la loi Blanquer et les suppressions de postes.

Un rassemblement est prévu à 8h00 devant les grilles du lycée Camille Saint-Saëns de Rouen. À cette occasion, le SNES-FSU procèdera à une ouverture symbolique de sujets de philosophie et invitera les collègues en grève à composer sur trois questions relatives aux réformes délétères que tente d’imposer le gouvernement. Dans la foulée, un rassemblement aura lieu devant le rectorat à 10h.

Pour Le Havre, un rassemblement aura lieu à 10h devant le lycée Claude Monet, suivi d’une assemblée générale à 11h.

D’ici le 17 juin, le SNES-FSU propose d’organiser une votation sur cette grève afin de mobiliser chaque collègue en lui demandant de se positionner. En cette période chargée, le lien suivant - à partager largement - permettra de recueillir les avis des collègues facilement. Cela permet également de poursuivre l’action collective, sans renvoyer chaque collègue à son dilemme individuel d’une grève le jour du bac. Nous vous tiendrons informés du résultat de ce sondage.

Pour comprendre les raisons de cet appel aussi inédit que solennel :

- l’appel intersyndical à la grève.

- l’interview de F. Rolet dans le JDD qui revient sur l’urgence et la gravité de la situation

- notre vidéo

- la lettre du SNES-FSU au ministre

- le communiqué de soutien de la FCPE :

Soutien de la FCPE

- un tract d’appel à la grève qui informe sur les conséquences de la réforme du lycée et ses impacts sur nos conditions de travail.

Tract appel à la grève

- un tract vrai-faux sur la grève et les examens.

Vrai-faux grève examens

- le courrier de soutien à la grève du 17 juin de l’APSES (association des profs de SES)
- le courrier de soutien à la grève du 17 juin de l’UNL :

soutien UNL

- une tribune du SNESUP de la Sorbonne appelant à ne pas participer aux jurys de bac