4 mars 2019

CATÉGORIES

Première des 5 journées préparatoires aux assises de l’orientation qui se tiendront le 20 juin à Caen :

point d’orgue d’un plan de communication bien huilé et dont les conclusions sont certainement déjà écrites. Pour avoir participé à cette première journée, les discours très consensuels vont tous dans le même sens et personne n’ose apporter la moindre dissonance cognitive...ou presque en dehors du SNES-FSU !

Les rencontres de l’orientation en Normandie : 1re date au Havre

Tout un chacun intéressé peut s’inscrire via internet sur ces journées, ce que je me suis empressé de faire.
Nombre de places limité pour les six rencontres, inscriptions obligatoires sur https://parcours-metier.normandie.fr/rencontresorientation . Lorsque vous cliquez sur ce lien vous pouvez vous inscrire facilement (en bas de la page), on découvre également 2 questionnaires en ligne Questionnaire-grand public et Questionnaire-professionnels.
Présentes également 2 DCIO. Le premier intérêt d’être inscrit officiellement est d’obtenir les mails de tous les participants puisque un mail de confirmation est renvoyé à tous. J’ai donc remercié aimablement l’organisation en des termes choisis en en profitant pour faire une réponse à tous ( 90 participants environs) et rappeler le contexte ( réponse ci-dessous).

Bonjour,

merci pour la confirmation.
Nous attendons avec impatience cette rencontre préparatoire aux assises de l’orientation, mais non sans inquiétude à l’heure où l’approche adéquationniste de l’orientation rabattue à la seule dimension informative sur les métiers et formations semble avoir le vent en poupe, approche pour le moins réductrice de l’orientation qui nous renvoie à une conception de l’orientation du milieu du XXe siècle qui avait pourtant montré son inefficience. L’orientation qui mobilise à l’adolescence les projections dans l’avenir, le rapport aux savoirs, les identifications, met en jeu des processus psychologiques et sociaux. C’est la raison pour laquelle les conseillers d’orientation sont devenus psychologues dès 1991 en s’appelant conseillers d’orientation psychologues, puis psychologues de l’Education nationale (EDO) aujourd’hui.

De vives inquiétudes également avec les menaces qui planent sur le service public de l’orientation de l’Education nationale : quid du devenir des DRONISEP et de leurs personnels, quid du devenir des Centres d’Information et d’Orientation (CIO) avec le projet de ne conserver qu’un CIO par département (au moins un), c’est pourtant au CIO que les psychologues de l’Education nationale (spécialité éducation développement conseil en orientation scolaire et professionnelle) reçoivent de nombreux élèves et leur famille GRATUITEMENT.
Ci-joint une réflexion sur la réforme de l’orientation menée par le collectif national des PsyEN EDO / DCIO du SNES-FSU (https://www.snes.edu/IMG/pdf/texte_site_psyen_en_tete_double_v2.pdf ) pour y remettre un peu de complexité et alimenter le débat... qui n’a pas encore eu lieu dans l’Education nationale puisque cette réforme LCAP s’est faite sans aucune consultation.

Cordialement

La thématique du jour : Rencontre Orientation - 28 février 2019 au Havre

A l’arrivée, distribution d’un bloc note logo région + stylo régional + badge région aimanté « Préparons l’avenir des normands ». J’étais le seul à avoir mis le badge « CIO en danger » bien visible, j’ai distribué le document papier « Une réforme de l’orientation sous le signe des inégalités » du collectif national des PsyEN EDO /DCIO du SNES-FSU à l’entrée de l’amphi ce qui m’a permis de constater qu’un bon nombre avait déjà lu le document. Pour info, un représentant de la région est venu à ma rencontre un peu inquiet ( avec sans doute en mémoire nos bruyantes manifs devant le conseil régional de Rouen) me demandant si d’autres collègues allaient arriver...prêt à nous proposer une audience. Ce qui veut dire que là où les PsyEN EDO pourraient être capable de se mobiliser, une audience pourrait être demandée. La FSU avait déjà obtenu une audience avec le président de la région Normandie trois semaines auparavant.

Le Recteur s’est arrêté à la porte pour me dire « Ne vous inquiétez pas, on ne va pas tout détricoter ». Lors de la présentation générale de la réforme il a parlé de la nouvelle compétence des régions / l’orientation. Il a fait mention du congrès des régions de France à Marseille et d’un atelier : « L’orientation une nouvelle compétence pour la région ».
J’ai pu prendre la parole pour rappeler que la loi LCAP était pourtant claire sur ce sujet / transfert de l’information sur les formations et métiers pour l’orientation et non un transfert de la mission orientation. J’ai fait part de nos inquiétudes / texte de cadrage national qui mord le trait. La CSAIO est intervenue pour dire qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter, que le texte de cadrage était clair et qu’il n’y avait pas de problème / champs d’intervention respectifs Etat / région, analyse que les PsyEN EDO / DCIO du SNES-FSU ne partage pas, nous avons proposé des amendements pour améliorer le texte de la DGESCO.

J’ai fait part de l’inquiétude des collègues des DRONISEP / leur avenir, quels professionnels interviendraient, avec quel gage de qualité, de déontologie ? M. MORIN a répliqué qu’il n’y avait pas moins de déontologie chez les fonctionnaires territoriaux que chez les fonctionnaires d’Etat, que la région payait même mieux que l’Etat, et que les agents qui étaient passés à la région en 2003 y avaient gagné. Il avait en mémoire le recul du gouvernement Raffarin sur le transfert des CO-Psy, la bataille menée par les CIO qu’il a citée. Sinon il a été rappelé que les collègues des DRONISEP devraient être volontaires (Mise à disposition) , et si pas de volontaire il y aurait une compensation financière de l’Etat ( pour embaucher d’autres professionnels). L’expérimentation des 3 ans de mise à disposition des agents de l’EN a été mentionnée.

M. MORIN a bien insisté sur le fait que la région n’était pas compétente pour l’accompagnement à l’orientation, ce n’est pas le domaine de la région a-t’il martelé, c’est le travail des psychologues de l’Education nationale ( sa langue n’a même pas fourché sur notre appellation !). Cela étant dans le document de présentation de ces rencontres on peut lire : « La compétence de la Région en matière d’orientation s’élargit. Chargée de mettre en place une nouvelle politique d’orientation et des professionnels et plus précisément d’information sur les métiers et les formations en direction des collégiens, lycéens, apprentis, étudiants et leurs familles, et des adultes en reconversion etc.. » ( Ce qui entretient la confusion)

La présentation de Mme QUILLIEN ( Directrice en charge de la préfiguration de la compétence orientation à la région Normandie) / loi LCAP était très claire / compétences de l’Etat / accompagnement de l’orientation (écrit noir sur blanc) et de la région / Information (écrit noir sur blanc).

M. MARGUERITTE vice-président de la région avait aussi précisé que l’accompagnement des jeunes était faite par les PsyEN EDO ( appellation correctement mentionnée ), que le périmètre / transfert de l’info sur les métiers était fixé. Mais en même temps il évoque une évolution vers une territorialisation accrue de l’orientation qui concernerait les jeunes demandeurs d’emploi et d’autres publics ...Limite floue car il faut orienter les publics (lesquels ?) dans les métiers qui recrutent le plus, il faut se servir du « levier de l’orientation » (chassez le naturel...) mais M.MARGUERITTE se défend : « Ce n’est pas une vision adéquationniste pure (Comme M.MORIN, ils savent que cette vison adéquationniste est très critiquée) , c’est une mise en cohérence » ! (Vous noterez l’élément de langage).
Pour M.MARGUERITTE Il faudra développer l’immersion professionnelle, aller au-delà de l’info (jusqu’où ?) , les stages de 3e doivent se multiplier pour créer des déclics ! L’Olympiade des métiers est une grande réussite, 30 000 collégiens (La quantité mise en avant) touchés, il faudra s’appuyer sur ce modèle avec l’Education nationale ( Forum à gogo à venir ?) .

Le Recteur pense que les 54 H pourraient s’étendre sur le niveau 1re, Tle si ça marche en 2nde, M.Blanquer favorable. Il a aussi évoqué la possibilité de faire un stage en 2nde comme le stage 3e après le 15 juin quand les élèves se retrouvent sans cours avec le bac. Il a rappelé que dans un contexte instable, avenir incertain, on ne pouvait travailler sur des mécanismes adéquationnistes, les élèves devraient s’adapter aux évolutions économique, il a même parlé de l’ouverture sur l’ensemble du monde économique et social (pas que sur le territoire !) et de citoyenneté.

Concernant la réforme du lycée, le Recteur a dit que l’orientation était « stupidement gérée avant par niveaux » (/prestige des filières) avec les bac généraux, technologiques et professionnels et non par goût. Il a rappelé que les normands sont moins ambitieux que les autres élèves, nos cousins bretons pris comme exemple sont bien plus ambitieux, il faut réduire les freins à l’ambition. ( En fermant les CIO ? ) . « Il y aura toujours un service public d’orientation de toute façon » ( Le recteur n’a pas dit « service public de l’orientation de l’éducation nationale » nuance)

En résumé : il fallait retenir que la région n’avait surtout pas une vision adéquationniste, mais il faut mettre en cohérence, il y a sur le territoire beaucoup trop d’entreprises qui ne trouvent personne alors qu’il y a un chômage de masse, un vrai gâchis . Focus sur les métiers de l’industrie qui offrent de belles carrières avec des niveaux de rémunérations élevés, les professionnels y sont même mieux payés que les enseignants ! Il faut changer les représentations des jeunes et de leurs parents / métiers, M.MORIN aimant dire qu’on n’est plus à l’époque des temps modernes de Chaplin (exemple déjà servi lors de l’audience FSU) . Qui peut dire que l’information sur les métiers est bien faite aujourd’hui ? La région va s’en charger, mais à cette heure on ne sait toujours pas avec quels professionnels...

En contrepoint de cet après-midi et de la thématique du lien école / entreprise, j’ai renvoyé à tous les participants par mail un conseil bibliographique pour alimenter la réflexion :
Lucy TANGUY, sociologue : « Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école » et une petite vidéo de 10 minutes de présentation.

Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école. Le tournant politique des années 1980-2000. / video / accueil - Céreq - Centre d’études et de recherches sur les qualifications

Ces réunions sont autant d’ occasions pour rappeler ce à quoi nous tenons et qu’on ne lâche pas l’affaire ! Faisons nous entendre, vous pouvez y participer, prendre la parole, distribuer des tracts !

Le jeudi 21 mars : tous à Paris pour notre action nationale !

Le 20 juin - 9h30 à 12h30 à Caen : annonce des principaux axes de la future politique régionale.
Une date à retenir dans nos agendas pour une mobilisation académique des PsyEN EDO / DCIO normands ?

François BERTAUD, PsyEN EDO SNES-FSU

proposition_ppt_assises_de_l_o_-_28_fevrier_2019