Malgré le confinement et la crise sanitaire, l’administration poursuit sa destruction des postes enseignants. Le Comité Technique Académique, réuni en visio-conférence le 8 avril, a fait le bilan de la préparation de la rentrée 2020.
La FSU, nationalement, demande un moratoire sur les opérations de rentrée. L’administration s’y refuse, comme elle refuse d’injecter dès maintenant les 350 ETP mis en réserve par le ministère, qui permettraient d’améliorer la situation de nombreux collègues.
Avec la FSU, les autres organisations syndicales présentes ont voté contre cette réduction de moyens.

Pour les collèges de l’Eure, les infos sont ici.

Pour les collèges de la Seine-Maritime, les infos sont ici.

Une situation catastrophique dans les lycées.

Pour 29 créations de postes, ce sont 120 suppressions, dont 58 collègues en mesures de carte scolaire. Le solde est donc très largement négatif : 91 postes en moins dans les lycées « hauts-normands » par rapport à la rentrée 2019. Plusieurs disciplines sont particulièrement touchées : les mathématiques, les SES, les SII, les lettres...Voir le tableau ci-après

L’impact de la réforme du lycée est flagrant. Cette réforme comptable, que le SNES-FSU dénonce largement depuis plus de 2 ans détruit les postes, les apprentissages, et les conditions de travail des élèves et des enseignants.

Créations - suppressions par discipline (mis à jour après CTA)

Bilan pour le second degré.

Pour l’ensemble des collèges, lycées et LP, 249 postes sont supprimés, pour 107 créations. Ce sont donc 142 postes en moins dans notre ex-académie de Rouen par rapport à 2019. Les principales disciplines touchées sont : les Maths (-17), les Gestion-Administration (en LP, -17), les Lettres Modernes (-13), les SII MEC (-11) et l’EPS (-10).