23 janvier 2019

ACTUALITES

Prime d’activité : AED, AESH, non-titulaires, stagiaires, néo-titulaires, ... Vous êtes probablement concerné(e)s !

Décret du 21 décembre 2018 relatif à la revalorisation exceptionnelle de la prime d’activité

Avant les vacances de Noël 2018, le secrétaire d’État chargé de la Fonction Publique a reçu les organisations syndicales de fonctionnaires. Pour le SNES comme la FSU, le refus du gouvernement aujourd’hui encore d’ouvrir des négociations salariales dans la Fonction Publique est tout aussi navrant qu’inacceptable. Il est inadmissible de faire peser sur le pouvoir d’achat et les conditions de travail de plus de 5,5 millions d’agents, l’incapacité du gouvernement à mener une réforme fiscale pour répondre aux besoins de la population.
Le secrétaire d’État s’est contenté de mettre en avant l’élargissement du champ d’application de la prime d’activité à compter du 1er janvier 2019.

Qui peut y prétendre ?

Tous les stagiaires, contractuels et titulaires dont le revenu pour un célibataire sans enfant est au plus de 1,5 SMIC peuvent désormais la toucher ce qui signifie qu’un ou une collègue au premier échelon est concerné(e). En 1980, nos collègues débutaient avec un traitement équivalent à deux fois le SMIC contre 1,25 actuellement. Le déclassement salarial de nos professions recrutées à Bac +5 n’émeut pas le Ministre de l’Éducation Nationale qui popularise cette prime au lieu de s’interroger sur la crise de recrutement qui affecte notamment le second degré.

Les revenus pris en compte sont ceux du trimestre précédent (d’Octobre 2018 à Décembre 2018). Le collègue doit ainsi déclarer ses ressources tous les 3 mois sur le site de la CAF qui propose un simulateur.

Le montant de cette prime d’activité (110 € par mois) pour un(e) collègue stagiaire certifié(e) recruté(e) en septembre dernier (indice 383) ne touchant aucune autre prestation est alors calculé et versé pour 3 mois et ne variera pas en fonction des changements de situation, familiale et professionnelle intervenant durant cette période.

Sont concernés aussi les célibataires avec enfant jusqu’à 1,8 SMIC, les couples sans enfant dès lors que le revenu du conjoint n’excède pas 1,3 SMIC et les couples avec enfant dès lors que le revenu du conjoint n’excède pas 1,7 SMIC.

Tous les collègues certifiés, agrégés, CPE, Psy-EN en début de carrière doivent faire la simulation car sans demande préalable, la prime ne sera pas versée.

Comment faire la demande ?

La prime d’activité est attribuée par les Caisses d’Allocations Familiales. Toutes les démarches se font sur Internet.

La demande effectuée sur le site dès janvier permettra d’avoir son premier versement à partir du 5 février.

Les revenus pris en compte sont ceux du trimestre précédent. Le collègue doit ainsi déclarer ses ressources tous les 3 mois sur le site de la CAF.

Les primes : Solution miracle ?

Le débat sur les primes ressurgit. Laisser le point d’indice perdre de sa valeur ne serait pas si grave s’il était compensé par une prime annuelle ad hoc ? Ce point de vue centré sur la situation isolée d’un seul individu oublie tout simplement l’équité entre les générations. Le transfert primes-points du PPCR va à l’encontre de cette idée et garantit la prise en compte de davantage de points d’indice dans le calcul de la pension du fonctionnaire. Bien entendu, le SNES-FSU a depuis longtemps comme mandat le doublement immédiat de l’ISOE pour tous (101 € par mois) et demande pour tous les jeunes collègues une véritable prime d’aide à l’installation, versée dès l’entrée en stage, permettant entre autres d’acquérir du matériel professionnel à l’entrée dans nos métiers c’est à dire des primes ouvertes à tous. Une rémunération plus juste des fonctionnaires ne passe pas par le retour de primes au mérite, comme le souhaite pourtant le Ministre Blanquer, considérant que le dispositif PPCR d’avancement dans la carrière est trop uniforme. Le SNES avec la FSU se bat pour la revalorisation du point d’indice et un plan de rattrapage des pertes de pouvoir d’achat subies ces dernières années.