17 janvier 2019

ACTUALITES

Rentrée 2019 dans les lycées : 2600 heures postes en moins !

Le rectorat a communiqué aux organisations syndicales les DHG des lycées généraux et technologiques lors du CTA du mardi 15 janvier. Selon les prévisions du rectorat, les LGT accueilleront 585 élèves en moins à la rentrée 2019, ce qui entrainera une suppression de 96 ETP (équivalent temps plein).

DHG LGT rentrée 2019

Pour l’académie de Rouen, la comparaison de prévision à prévision fait apparaître une diminution de 2601 heures postes, soit l’équivalent de 144 ETP, c’est-à-dire 48 ETP de plus que ceux annoncés par le rectorat. Cette suppression de 144 ETP correspond à l’équivalent de la fermeture de 2 lycées de l’académie !

La baisse des dotations horaires allouées aux lycées (- 4,6 %) est nettement supérieure à la baisse démographique (-2,4 %). Cette différence montre bien que la mise en place de la réforme Blanquer va entraîner une diminution du nombre d’heures d’enseignement et permettre un accroissement des effectifs par division, ce qui dégradera un peu plus les conditions d’études des élèves et de travail des enseignants

La discussion autour de la ventilation des dotations qui sera présentée dans les prochains jours par les chefs d’établissement se limitera à choisir ce qu’il faudra sacrifier : options, dédoublements, AP, accompagnement à l’orientation, section euro, DNL… puisque tout cela devra être financé par la marge d’autonomie (12h par classe de seconde et 8 h dans le cycle terminal). Celle-ci s’avèrera très largement insuffisante pour tout maintenir !

Il faut agir collectivement pour éviter de mettre en concurrence les disciplines et les collègues.

Dans le détail, au niveau académique, le nombre d’heures postes allouées aux lycées est en forte baisse (-4,6 %) alors que le nombre d’HSA est en légère augmentation (+0,17 %). Alors que de nombreux enseignants vont se retrouver en mesure de carte scolaire ou vont être contraints de faire des compléments de service dans d’autres établissements, ceux qui resteront devraient dans le même temps effectuer davantage d’heures supplémentaires. Le SNES-FSU dénonce cette logique et combat la volonté du Ministre d’imposer une 2e HSA obligatoire aux enseignants en modifiant le décret 2014-940.

Enfin, les dotations font apparaître une évolution du nombre d’IMP dans certains établissements. Au niveau académique, cela se traduit par la suppression de 11 IMP dans les lycées. Cela entraînera pour les établissements touchés une diminution de la rémunération de certaines tâches (coordination disciplinaire, responsable de laboratoire en sciences, …)

Le SNES-FSU refuse ces conséquences et continue de combattre la réforme du lycée, du baccalauréat et la procédure d’affectation des bacheliers dans les formations du supérieur (Parcoursup). C’est pourquoi il appelle les collègues à être massivement en grève le jeudi 24 janvier et à participer aux assemblées générales pour discuter des modalités de la poursuite de l’action.

Tract SNES-FSU grève 24 janvier 2019

Pour rappel, vous trouverez ici le compte-rendu du groupe de travail concernant l’implantation des spécialités dans les lycées.